maladie du combattant

divers maladie contractuelle du combattant

 

Les maladies des poissons combattants

 

 

Les maladies du poisson Combattant peuvent toucher n’importe quel aquariophile. La plupart de ces maladies peuvent être traitées avec des traitements que l’on peut trouver en animalerie et par quelques changements d’eau. Si vos poissons combattants ne semblent pas en bonne forme, observez-les attentivement et regardez s’ils ne présentent pas l’un des symptômes listés ci-dessous.

 

Des taches blanches qui ressemblent à des petits points blanc sur le poisson combattant

Ceci indique la présence du parasite Ichthyophthirius, responsable de la maladie des points blancs. C’est un parasite très commun qui touche toutes les espèces de poissons. Ce parasite se développe à grande vitesse lorsque l’eau est de mauvaise qualité ou que les poissons sont stressés et donc que leur système immunitaire est affaibli. Elle peut être traitée facilement à condition de si prendre à temps. Il existe de nombreuses marques de médicament pour traiter les points blancs, que l’on trouve facilement.

Des tâches cotonneuses grisâtres

Il s’agit d’un champignon qui se développe sur la peau du poisson lorsque l’eau est de mauvaise qualité, par exemple si des déchets ou de la nourriture en excès sont laissés dans l’aquarium. Vous pouvez le traiter en nettoyant l’aquarium, en effectuant des changements d’eau et avec l’aide de traitements anti-champignons que vous pouvez acheter en ligne ou dans votre animalerie.

La pourriture des nageoires

Ceci est un autre problème qui peut survenir si la qualité l’eau est dégradée. La pourriture des nageoires peut être traitée avec des médicaments spécifiques que l’on trouve en animalerie. Cette maladie est contagieuse, donc il vaut mieux isoler les poissons touchés pour empêcher la maladie de se propager.

Le poisson combattant se gratte contre le fond, il a la peau couverte d’un voile nuageux

Ce sont des symptômes d’une infection par les douves – un parasite qui attaque la peau et les branchies. Une eau de mauvaise qualité peut entraîner la multiplication des douves qui envahissent les poissons. Il est difficile de traiter les poissons atteints. Vous pouvez pour cela acheter des médicaments à verser dans l’aquarium, mais cela doit être fait dès le premier signe de démangeaison pour être efficace. Il faudra dans tous les cas améliorer la qualité de l’eau.

Le poisson combattant semble à bout de souffle et aspire l’air extérieur

Votre aquarium ne possède probablement pas assez d’oxygène dissous. Essayez d’ajouter une pompe à air qui permet d’oxygéner. Il faudra tester les paramètres de l’eau qui est en général mauvaise dans ces cas là.

Conclusion

Lorsque vous utilisez un médicament, suivez bien les instructions sur l’emballage ou la notice. Un entretien d’aquarium adapté suffit en général pour avoir une eau de bonne qualité et pour garder vos poissons en bonne santé et prévenir les maladies les plus courantes.

 

 

L’ichthyophtiriose ou maladie des points blancs

 

 

Les points blancs sont la maladie parasitaire la plus courante rencontrée par les amateurs d’aquariophilie d’eau douce.

 

 Les symptômes caractéristiques de la maladie

Un poisson parasité présente de nombreux points blancs d’un diamètre de 0,5 à 1mm sur l’ensemble du corps, nageoires comprises. Dans le pire des cas, des points blancs peuvent apparaître sur les branchies, le poisson aura alors de grandes difficultés à respirer. Cette maladie touche particulièrement les poissons fragiles, maintenus dans de mauvaises conditions ou fraîchement introduits. Des poissons dans de bonnes conditions résistent bien à ce parasite, et l’on peut apercevoir un ou deux points blanc occasionnellement, plutôt sur les nageoires, sans que cela n’ait de conséquences.

Maladie des points blancs

Un ramirezi atteint d'ichtyo

A l’origine, un parasite : Ichthyophtirius multifiliis

L’ichthyo est un organisme unicellulaire microscopique dont le corps est entourés de cils mobiles qui lui permettent de se déplacer dans l’eau. Il s’agit d’un parasite qui vit en se fixant sur un hôte, le poisson. Lorsque le parasite rencontre un poisson, il pénètre dans la peau et s’y loge profondément. La peau du poisson réagi en produisant une muqueuse blanche qui forme un point blanc visible à l’œil nu. Cette muqueuse le protège très efficacement du milieu extérieur et des traitements chimiques que l’on pourrait ajouter dans l’eau. Le parasite se nourrit alors de la chair du poisson et grandit. Cette phase de croissance dépend fortement de la température de l’eau : quelques jours à 30°C contre plusieurs semaines à 10°C.
Lorsque le parasite a atteint sa maturité, il quitte le poisson et se laisse tomber sur le sol de l’aquarium. Il s’enveloppe alors d’une carapace, appelée kyste, qui le protège à nouveau de toute attaque extérieure, et entame une phase de multiplication au cours de laquelle il se divise. A la fin de la division, le kyste libère dans l’eau près d’un millier de jeunes parasites, qui parcourront sans cesse l’eau à la recherche d’un hôte. Ces parasites survivent de 1 à 3 jours sans hôte avant de mourir épuisés.

Quelle prévention pour éviter l’apparition des points blancs ?

Le parasite est introduit dans l’aquarium soit par des poissons achetés et déjà porteurs du parasite infestés, soit par des plantes ou des éléments de décor sur lesquels sont fixés des kystes. Il est conseillé de respecter une quarantaine de 4 à 5 jours pour les plantes dans une eau à au moins 25°C sans poissons, afin que les kystes libèrent les parasites qui vont mourir faute d’hôtes sur lesquels se fixer. Pour les poissons nouvellement acquis, observez une quarantaine de plusieurs semaines à 25-28 °C suivant les tolérances des espèces, afin de voir si la maladie se déclare, et de traiter si nécessaires.

Les traitements

traitement points blancsCette pathologie peut être soignée grâce à des remèdes liquides déjà préparés, en vente dans les magasins spécialisés. Un autre type de thérapie, qui n’utilise pas les produits pharmaceutiques, est la « thermothérapie » qui consiste à augmenter progressivement la température de l’eau (1°C par heure) jusqu’à atteindre les 30°C qui doivent être maintenus pendant 10 jours. De cette façon, on interrompt le cycle vital des protozoaires, mais certains poissons et plantes ne supportent pas ce traitement.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site